Rechercher

Les pertes blanches.


Les pertes blanches, qu’est-ce que c’est ?



Les pertes blanches, appelées aussi pertes vaginales ou leucorrhées sont des écoulements naturels du vagin. De couleur blanchâtre ou translucide et à la texture gluante, les pertes blanches surviennent tout au long de la vie hormonale d’une femme. Elles signifient que les organes génitaux fonctionnent correctement. Cependant, elles peuvent aussi être le signe d’une infection génitale.

D’où viennent les pertes blanches ?

Ces sécrétions sont produites par l’organisme et, plus précisément, par le vagin et l’utérus.

Elles permettent au vagin de :

• se nettoyer et de se protéger des bactéries : Le vagin est composé de cellules qui se renouvellent sans cesse, comme la peau mélangée à la glaire cervicale, les sécrétions vaginales qui tapissent et coulent le long de la paroi du vagin permettent d’évacuer non seulement les cellules mortes qui ont laissé place à de nouvelles cellules, mais aussi les germes qui auraient pu se développer dans le vagin.

• s’humidifier : Les pertes blanches sont un lubrifiant naturel. Lors d’un rapport sexuel, l’excitation de la femme engendre la production de sécrétions vaginales facilitant l’entrée dans le vagin, mais aussi la montée des spermatozoïdes dans le col de l’utérus.

Quand deviennent-elles inquiétantes ?

La flore vaginale est un ensemble de micro-organismes composé de bactéries présentes naturellement dans le vagin. Elle sert à protéger le vagin des invasions de microbes. Si des bactéries pathogènes pénètrent dans le vagin, les pertes blanches changent alors de texture, de couleur et même d’odeur.

Si tout va bien : les pertes blanches sont blanchâtres ou translucides. Leur épaisseur, tout comme leur quantité parfois abondante, dépendent des périodes hormonales lors desquelles elles surviennent : l’ovulation, la grossesse, …

S’il y a un problème : les pertes blanches deviennent malodorantes, particulièrement épaisses, collantes et peuvent s’accompagner de démangeaisons ou de brûlures. Elles peuvent alors être le signe d’une éventuelle infection ou d’une mycose vaginale. Il est alors nécessaire de consulter son médecin ou son gynécologue pour un traitement.

Une bonne hygiène intime quotidienne permet d’éviter de nombreuses infections.

SOURCE: gynandco.fr

8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout