Rechercher

Les femmes dans le numérique ou « Women in tech ».

Depuis leur plus jeune âge, les filles, pour la plupart d’entre elles n’ont jamais été motivée à poursuivre des études dans les domaines du numérique. On observe de grandes disparités concernant la proportion de filles et de garçons notamment dans les filières touchant aux aspects scientifiques mais aussi techniques. En général, les emplois occupés par les femmes sont des emplois de services, de santé ou encore liés à l’éducation. Ces éléments ont démontrés qu’il existait ce qu’on appelle une orientation « genrée », cela signifie que les femmes ou les hommes vont plutôt se tourner vers des métiers où ils sont le plus représentés. Il sera plus rare d’observer des cas où des jeunes élèves seront orientés vers des filières où leur représentation n’est pas mise au centre.

Le rapport PISA de l’OCDE montre qu’avec les avancées technologiques, les jeunes élèves ont des aspirations plus diversifiées qu’auparavant. Les métiers les plus convoités le sont toujours autant une vingtaine d’années plus tard comme médecin et enseignant pour les filles et ingénieur ou chef d’entreprise pour les garçons. L’arrivée de l’intelligence artificielle et la création de nouveaux métiers du numérique font toutefois rêver de plus en plus d’enfants. Le rapport de l’OCDE démontre que les métiers touchant à la science et à l’ingénierie sont les plus convoités par les garçons. Pour chiffrer tout cela, selon le rapport DESI 2020, seulement 18 % des spécialistes des TIC (technologies de l’information et de la communication) en Europe seraient des femmes. Les stéréotypes sont l’une des raisons pour laquelle les jeunes filles ne sont pas attirées par ces métiers, en effet, la plupart pensent que ce sont des métiers où les interactions sociales n’existent pas ou bien qu’il faut être derrière un ordinateur à longueur de journée par exemple. Les parents jouent également un rôle primordial dans l’orientation de leurs jeunes filles en ce que selon une enquête de l’école informatique Epitech et Ipsos seulement 33% des filles seraient encouragées par leurs parents à entreprendre des études dans le numérique contre 61% pour les garçons. Toutefois selon cette même étude 56% des lycéennes seraient intéressées par les métiers du numérique ce qui n’est pas négligeable.

Au-delà des stéréotypes et du rôle des parents, il existe également une culture sexiste dans le monde du numérique. Les étudiantes en école d’ingénieur ou d’informatique sont souvent victimes de sexisme et d’harcèlement sexuel, leur légitimité est remise en cause et celles-ci font l’objet de blagues indécentes et déplacées. Selon une enquête réalisée par Web@cadémie Centrale Marseille, 7 femmes sur 10 déclarent avoir été victimes de sexisme ou de harcèlement sexuel, que 58% des hommes qui étudient dans ces écoles auraient été témoins de ces agissements contre 86% des femmes. On observe que les actes et les agissements de la plupart des hommes et de l’ambiance qui subsistent dans ces écoles, les femmes sont beaucoup moins enclines à s’orienter vers ces filières où l’insécurité règne. Par ailleurs, les opportunités d’évolution professionnelles sont moindres. Selon une enquête Eurostat, seulement 5% des femmes occupent une fonction de dirigeant dans les métiers du numérique. Les opportunités d’entreprenariat sont également réduites, le baromètre réalisé par Sista et Boston Consulting Group (BCG) démontre que les femmes qui créent des start-up dans le domaine du numérique auront en moyenne 30% moins de chance de trouver des investisseurs que les hommes du fait des stéréotypes et des préjugés sur les femmes concernant leurs capacités à diriger une entreprise. Tous ces éléments ont poussé plusieurs femmes à créer des réseaux de femmes dans le domaine du numérique. Ce phénomène peut être observé à travers le monde avec des mouvements tels que « Women In Tech »; « Girls In Tech » ou encore « Tech Girls Movement » qui luttent contre les stéréotypes dirigés à l’encontre des femmes et créent des programmes pour les jeunes filles ayant des talents et un intérêt dans le monde du numérique. Plusieurs actions sont également mises en place afin de déconstruire les idées des jeunes filles et de la société sur l’image des femmes concernant leurs aptitudes. L’ONG « Women in Tech » mets en place des programmes de mentorat afin d’informer et orienter les femmes sur les métiers du numérique mais également afin d’apporter un soutien aux femmes qui souhaiteraient obtenir un poste de dirigeant dans ce domaine précis. Petit aperçu personnel : La série « Good Trouble » met en scène une femme issue d’une minorité travaillant dans une start-up en tant qu’ingénieure informatique. La série nous montre la réalité vécue par plusieurs femmes dans le monde du numérique et surtout l’ascension difficile des femmes bien que très expérimentées. Les capacités des femmes ne sont que très peu voire pas du tout exploitées uniquement du fait de leur sexe. Il reste un énorme travail à faire afin de parvenir à une parité dans ces domaines. Toutefois, les structures qui existent et le soutien apporté par les femmes dans le domaine du numérique à travers le monde nous donne de l’espoir quant aux opportunités professionnelles. Dieyna.

23 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout