Rechercher

La bibliothérapie

Le terme bibliotherapie est un néologisme du XX ème siècle, il se compose de deux mots d’origine grecque. Cette notion désigne la thérapie par le livre ou par la lecture. L’histoire de la bibliotherapie remonte à la Grèce antique comme en témoigne l’inscription au dessus de la porte de la bibliothèque de Thèbes : « La poitrine médicinale de l’âme ».


La bibliothérapie est donc le fait de soigner les maux physiques ou psychiques par la lecture. Cette pratique voit le jour à la suite de la première guerre mondiale. Sadie Peterson Delaney, bibliothécaire prêtait des livres aux anciens combattants afro-américains qui revenaient de la guerre avec des difficultés psychologiques. Certains n’arrivaient plus à parler horrifiés par ce qu’ils avaient vécus, et en lisant ils ont retrouvé l’usage de la parole.

Sadie Peterson Delaney, définit la bibliotherapie comme "le traitement des patients par le biais de lectures choisies" et préconise d'accorder une attention individuelle aux patients afin de connaître leurs intérêts. Elle pouvait utiliser ces connaissances pour les aider à choisir des livres qui les intéresseraient.

Pour aider à choisir les livres appropriés pour les patients, Delaney consultait les médecins et le personnel médical. Elle a parlé de la valeur de la présence d'une bibliothécaire aux réunions médicales concernant les patients. Elle passe également en revue les livres, en particulier ceux qui ont été écrits par des Afro-Américains ou qui les dépeignent. Lorsqu'elle choisit des livres pour la collection de la bibliothèque, Mme Delaney prend en considération les intérêts des patients. Elle essayait également de maintenir des informations sur les événements actuels et les documents de référence.


Pour compléter son travail avec les livres et la bibliothérapie, Delaney a développé de nombreux programmes spéciaux pour les patients. Elle a institué des discussions sur les livres, des réunions mensuelles sur le programme, une heure du conte et une variété d'autres clubs. Elle s'est efforcée de faire participer tous les anciens combattants aux clubs et aux activités de la bibliothèque. Elle a mis sur pied un programme de chariots de livres afin que les patients confinés à leur lit puissent quand même avoir accès à du matériel de lecture. Pour ceux qui ne pouvaient pas tenir un livre, Mme Delaney a fait en sorte que les livres soient projetés sur le mur. Le patient pouvait tourner les pages à l'aide d'un seul bouton. Elle chantait également des chansons familières et lisait des poèmes pour aider les patients à se détendre.


Elle poursuit son travail avec des aveugles en enseignant le braille à l'hôpital. Au fur et à mesure que les patients aveugles apprennent à lire le braille, certains d'entre eux l'enseignent à d'autres. Delaney acquiert des livres parlants pour les patients aveugles. Delaney apprend à plus de 600 patients à lire le braille. Ils sont également encouragés à rejoindre les clubs et les programmes mis en place, ce qui leur donne les mêmes opportunités que les autres patients.En 1927, Delaney et les patients ont commencé à diffuser les activités de la bibliothèque sur la station de radio locale. Les patients participent à des salons du livre et de l'art, exposant leurs œuvres et donnant des conférences sur les livres. Les diverses activités proposées leur offraient de nombreuses possibilités de s'exprimer de manière créative.

Delaney a également créé la Disabled Veterans' Literary Society, qui a reçu les éloges de l'administration des anciens combattants. Dans le magazine Opportunity de février 1938, pour lequel Delaney écrivait occasionnellement, elle explique son travail avec les patients de l'hôpital : "Ici, les esprits longtemps emprisonnés par la léthargie sont réveillés... Et une fois de plus, il est animé d'un enthousiasme et d'une joie dérivés de l'activité".

Sadie Peterson Delaney est la pionnière de la bibliothérapie cependant elle demeure méconnue du grand public.


En France la bibliothérapie n’est pas reconnue mais en Angleterre elle est reconnue et pratiquée, de telle sorte qu’il y’a un diplôme pour devenir bibliotherapeute. Lorsque nous traversons des périodes difficiles : tristesse, deuil, exil etc, il est nécessaire de lire sur les sujets en question de sorte à comprendre nos sentiments et émotions.


Au Québec, la bibliothérapie est intégrée aux différentes thérapies psychologiques pour les enfants souffrant d’hyperactivité, de dépression, de phobie sociale etc. Un ouvrage regroupant 500 livres qui font du bien en fonction de ce que vous traversez, ressentez est disponible pour vous guider dans votre bibliothérapie.

Le livre s’intitule « bibliothérapie » et, est publié aux éditions Hachette Pratique .


Et toi pratiquerais-tu la bibliothérapie ?




Article écrit par Chaïma, membre du pôle éducation scolaire




12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout